• Stéphanie Loyer

L'échec sinon rien...




Vous connaissez peut-être déjà mon attachement à l'échec... vous savez celui qui montre qu'on a essayé et qui nous a permis de nous remettre en question, de nous relever plus fort et encore plus déterminé.


Celui qui nous a aussi permis d'abandonner un projet qui n'était pas fait pour nous à un moment donné. Oui ça arrive et c'est même libérateur! Mais renoncer à quelque chose que l'on a tenté et le faire en conscience est différent de renoncer avant même d'avoir essayé. Cela permet de ne pas vivre dans le regret, dans le "et si......".


Je ne dis pas que c'est facile et que ça ne fait pas mal à l'égo (surtout). Je dis juste que c'est nécessaire pour laisser émerger le meilleur de soi-même, pour libérer son potentiel et qu'à mon avis, celles et ceux qui n'échouent jamais sont ceux qui n'essaient pas.


Vous savez combien de fois un enfant tombe avant de savoir marcher? Au minimum 2000 fois. Est-ce que pour autant, on arrête de croire qu'il va y parvenir? Est-ce qu'on lui dit qu'il vaudrait mieux qu'il arrête tout de suite d'essayer parce qu'il tombe trop? Au contraire, on le félicite, on l'encourage à recommencer.... Et pour quel résultat? Pour sa propre fierté d'y être arrivé à force de patience et de persévérance.



On dit souvent de célébrer les petits et grands succès et si comme pour les plus petits, nous célébrions aussi nos échecs? Que ce soit à la maison, à l'école, dans l'entreprise.... célébrons ce qui nous permet de nous dépasser. Beaucoup "d'échecs" ont été source de grandes découvertes : la découverte de l'Amérique suite à une erreur de parcours, la pénicilline a été créée après une erreur de dosage, la découverte de l'épave du Titanic... et dans une moindre mesure mais quand même : les frites, sont des pommes de terre laissées trop longtemps dans l'huile, les post-its dont la colle devait être bien plus résistante, les bêtises de Cambrai... Bref, vous avez compris.


Et combien de réussites et de belles découvertes après de nombreux échecs?

"Je n'ai pas échoué, j'ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas." Thomas Edison

Prenons le temps de nous tromper parce que nous en sortons parfois bien plus grandis que lorsque nous réussissons du premier coup.


Comment célébrer l'échec?


  1. Se féliciter d'avoir essayé, de s'être fait confiance, d'avoir dépassé ses peurs parfois et surtout celle du regard de l'autre

  2. Prendre en considération ce qui a fonctionné en partie dans l'échec

  3. Prendre en compte ce qui a réellement planté et (se) demander pourquoi?

  4. En profiter pour se remettre en question : qu'est-ce qui m'a amené à tester cela? Qu'elle était mon intention? Est-ce que l'essai a reflété mon intention jusqu'au bout? ou ai-je fait des concessions à un moment donné qui m'ont fait dévier de cette intention? Est-ce que j'en ai encore envie? Est-ce que je peux servir mon intention différemment?

  5. Qu'est-ce que je retire de cette expérience? Pour moi? Pour mon projet?

  6. Faire une pause ! Une pause pour soi!!!!

  7. Programmer un nouvel essai fort de l'expérience qui nous a appris tout ce qu'on a noté à la question 5 OU choisir en conscience de renoncer à ce projet toujours fort de l'expérience qui nous a appris tout ce qu'on a noté à la question 5

Alors, à vos échecs! Et à vos réussites aussi ;-)


Stéphanie Loyer



Contact
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

Séance en face à face sur Paris-IdF

en visioconférence pour la France ou l'étranger 

Appelez-moi au :

​​ +33 6 16 48 71 54

Ecrivez-moi à :​

stephanie.loyer@raiseyourself.fr

© 2017 by Raise Yourself