Contact
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

Séance en face à face sur Paris-IdF

A distance pour la France ou l'étranger : par Skype/Hangouts

Appelez-moi au :

​​ +33 6 16 48 71 54

Ecrivez-moi à :​

stephanie.loyer@raiseyourself.fr

© 2017 by Raise Yourself

  • Stéphanie Loyer

De la nature à l’entreprise….




Un jour alors que je parlais de mes projets autour de l’inclusion de la diversité dans les organisations, quelqu'un m’a dit que cela lui rappelait les principes de la permaculture. Moi, plutôt très citadine… je ne savais pas vraiment ce que c’était, je me disais que c’était une sorte d’agriculture bio, durable avec autosuffisance alimentaire pour ceux qui la pratiquent.


Et en m’y penchant de plus près, je me suis rendue compte qu’il y avait un peu de ça, mais que c’était quelque chose de bien plus grand, plus large, plus vaste. Qu’il s’agit d’une vraie philosophie de vie autour de 3 valeurs : prendre soin de la Terre, prendre soin de l’Humain et partager équitablement.


Cette philosophie comporte 12 principes :


  • Observer et interagir 

  • Collecter et stocker l’énergie

  • Créer une production 

  • Appliquer l'auto-régulation et accepter la rétroaction 

  • Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables

  • Ne pas produire de déchets

  • Partir des structures d'ensemble pour arriver aux détails

  • Intégrer plutôt que séparer

  • Utiliser des solutions à de petites échelles et avec patience

  • Utiliser et valoriser la diversité

  • Utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure

  • Utiliser le changement et y réagir de manière créative


Quel rapport avec l’entreprise me direz-vous ?

J’espère que certains ont déjà fait des liens et pour les autres je vous propose de partir en balade…


Imaginons que nous entrons dans votre organisation (parce qu’évidemment cela ne s’applique pas qu’aux entreprises) et commençons à observer autour de nous : sans jugement, en accueillant simplement ce qui se présente. Nous pouvons maintenant établir un bilan de ce qui est. Puis, sentir, voir, entendre, ressentir ce qui fonctionne très bien, ce qui fonctionne bien, ce qui est au point mort, ce qui ne fonctionne pas. Prenons le temps de collecter ce qui crée de la valeur pour en célébrer les bénéfices immédiats et pouvoir le réitérer. A cet instant, demandons-nous dans quelles mesures ce qui fonctionne est bénéfique à long terme (oui je sais ça peut paraître un gros mot dans certaines organisations et pourtant le long terme sera notre court terme de demain.) parce que si ce qui nous apporte des bénéfices immédiats cause notre perte de demain, comment s’en contenter ?


Penchons-nous maintenant sur ce qui semble ne pas fonctionner pour comprendre si cela coince réellement ou si c’est juste le cas aujourd'hui, mais que cela pourrait être bénéfique à moyen et long terme. Et dans tous les cas, nous pouvons apprécier les aspects positifs de ces échecs pour éviter de gâcher l’expérience. Qu’est-ce qui a fait que nous nous sommes lancé.e.s sur cette voie ? Que retirons-nous de cette expérience ? Que pouvons-nous recycler pour d’autres projets ?


Finalement, comment allier les projets à rendement immédiat et les projets à rendement différés pour des résultats satisfaisants à chaque étape de vie de l’organisation ?


Après toutes ces questions, si nous faisions une pause pour prendre du recul ?


Fermons les yeux et visualisons un tableau avec les résultats espérés déjà réalisés où chaque aspect majeur est déjà en place et où les détails en découlent. Un tableau où chaque élément est à sa juste place et, par sa valorisation, vienne faire rayonner les éléments qui l’entourent pour que le tout soit plus harmonieux et efficace que chaque élément exposé séparément.

Que permet cette pause ? De se recentrer sur ce qui est essentiel, de se reconnecter à la raison d’être de l’organisation pour pouvoir réajuster la trajectoire quand c’est nécessaire et encore possible sous forme de transformation douce qui demande moins d’effort, d’énergie et de perte qu’une transformation radicale.


Allons maintenant du côté des équipes. Comment travaillent-elles entre elles et avec les autres ? Comment chacun.e apporte sa valeur ajoutée à ses propres tâches, aux objectifs de l’équipe, au sens de l’entreprise (petit jeu caché : je nous invite à changer l’ordre des mots : tâches, objectifs et sens) ? Que se passe-t-il dans le champ « inter équipes » aujourd'hui ? Que pourrait-il y germer demain ?


Il y aurait encore bien des aspects à visiter mais…on nous annonce un avis de tempête.


Attention tempête!

Quelle sera l’attitude de l’organisation ? Faire le dos rond le temps que ça passe…ou que ça casse ? A-t-elle prévu en amont assez de flexibilité pour y faire face quoi qu’il arrive ? Si le boulot est en flux tendu, avec de moins en moins de ressources, comment peut-il prétendre à la flexibilité du roseau ?


Merci d’avoir été au bout de cette balade qui n’a fait qu’ancrer ma conviction que si on continue de faire dans l’entreprise ce que nous faisons avec la planète, alors nous arriverons aux mêmes résultats. Et quelque chose me dit que pour une fois nous ne sommes pas si pressés…


Pour les plus joueurs, si le cœur vous en dit vous pouvez chercher où ce sont glissés les principes de la permaculture dans cette balade 😉 et même en apporter d’autres pour aller plus loin.


Pour ceux qui souhaitent cultiver leurs équipes permaculturelles et passer d’un terreau de ressources à un champ de richesses, je serai ravie de cocréer une nouvelle balade avec vous.


Merci à tous ceux qui m'ont inspiré cet article et notamment Louise Browaeys, auteur de la permaculture, au quotidien, la ferme de la grande raisandière (https://www.lagranderaisandiere.fr/formation/permaculture-a-la-grande-raisandiere/) , le site Internet https://permacultureprinciples.com/fr/index.php

#resultatsdurables #permaculture #entreprisedurable #diversité #inclusion #QVT #Qualitedutravailautravail


Stéphanie Loyer